Le Dôme de l’égalité

Identifier les stéréotypes et promouvoir
la science grâce à l'exploration de la plasticité cérébrale

Projet en construction, soutenu par la Direction Régionale aux Droits des Femmes et à l'Égalité.

Les intervenantes
• Catherine Vidal (Institut Pasteur)
• Julie Batut (CNRS)
• Estelle Cabrillac (Chargée des actions en sciences cognitives, Les Chemins Buissonniers)
• Marième Leygonie (co-Présidente Les Chemins Buissonniers)
• Sophie Collard (co-Présidente Les Chemins Buissonniers)
• Sandra Turner (scientifique)

Où ?
Au sein des collèges et des lycées

Public :
Scolaires (collégien·ne·s et lycéen·ne·s)

Accompagnés par une animatrice, le public et notamment les jeunes sont invités à regarder une animation vidéo ponctuée d'échanges et d'expériences, qui retrace le parcours de Lila et Nino depuis leur naissance.

En s'immergeant dans leurs cerveaux, les spectateurs découvrent ainsi ce qu'est la plasticité cérébrale, comment fonctionne le cerveau et combien ce sont les expériences vécues, les interactions et les activités pratiquées tout au long de la vie qui le façonne, établissant ainsi la singularité des individus. Ils sont ainsi invités à réfléchir à divers neuromythes et stéréotypes (les filles peuvent faire 2 choses en même temps, les garçons ont une meilleure orientation spatiale que les filles ) et à la manière dont ces derniers constituent autant de freins à leur épanouissement.

Les objectifs

• Permettre aux jeunes de découvrir le fonctionnement cérébral de manière insolite, interactive et accessible.
• Sensibiliser à l’importance de l’égalité entre les femmes et les hommes à travers une déconstruction des stéréotypes de genre grâce aux dernières découvertes issues des sciences du cerveau et des sciences humaines et sociales.
• Expliquer comment la plasticité cérébrale permet de comprendre le rôle de la culture et de ses diversités, de l’environnement et des interactions sociales dans l'évolution du cerveau tout au long de la vie.
• Promouvoir une culture de la paix selon les principes de la Charte pour les Droits Humains de l’ONU (1946).

Les commentaires sont clos.